ATRI (LabexMed)

Economie culturelle et créative : territoires, circulations, acteurs  

    Culture et créativité sont devenues les nouvelles icônes de la transformation économique des métropoles à l’échelle mondiale, une voie alternative de développement pour des espaces fragilisés en quête de renouveau. La compétition internationale par la mondialisation des processus de production, d’échanges et de consommation a contribué à disqualifier de nombreux systèmes productifs, à promouvoir les territoires dits créatifs, en remodelant les lieux déclassés ou en inventant de nouveaux lieux. Les concepts de culture et de créativité – amples, polysémiques, et vivement sollicités sur les plans scientifique et politique -, ont nourri de nombreux débats qui ont traversé un large spectre de sciences sociales. L’usage et la déclinaison de ces termes désormais à la mode témoignent pourtant d’imprécisions de l’appareil conceptuel de référence et d’un croisement inégalement fécond entre secteurs économiques (glissement vers « l’industrie culturelle »), acteurs « spécifiques » (classe créative, artistes, etc.), et territoires (« districts culturels », clusters d’innovation).

Le projet a pour objectif d’aborder la question du « tournant culturel » des territoires, de la relation entre créativité, culture et métropoles, à partir des voix distinctes de disciplines engagées dans cette réflexion : géographes, urbanistes, historiens, sociologues, anthropologues. Il articule des échelles temporelles plurielles, en tenant compte des temps longs et des legs culturels, patrimoniaux au sens large, qui sont aujourd’hui valorisés et intégrés dans les politiques d’attractivité des villes, et interroge aussi le rapprochement d’espaces par la multiplicité des formes de circulations à l’échelle internationale. La tension entre la production de territoires spécifiés par leurs « activités créatives » et les circulations de technologies innovantes, de savoir-faire, d’hommes, de produits artistiques et culturels, tout autant que des modèles de développement territorial, sont ainsi au centre du questionnement.

La réflexion critique sur ces nouvelles catégories d’analyse du réel s’appuiera sur des études de cas déjà existantes ou suscitées par le projet, dans une perspective comparative à l’échelle des villes méditerranéennes, avec une attention particulière portée aux grands évènements culturels en cours comme Marseille-Provence 2013.

  • Culture et créativité, nouveaux concepts, nouveaux enjeux

La floraison de termes déclinés autour de la culture et du « créatif » a ouvert des pistes de recherches en sciences sociales et autant de questions concernant la construction et la pertinence de nouvelles notions. Ce renouvellement reflète à maints égards l’évolution même du capitalisme vers des investissements devenus essentiellement immatériels (capital social et humain, temps, etc.), reposant sur une externalisation des coûts et un accroissement de la flexibilité et de la précarité, sous le voile gratifiant de la créativité. L’économie de la connaissance, du savoir et de l’information, nouveau credo du régime de production actuel et des stratégies de développement prônées par des acteurs impliqués à différentes échelles – des édiles locaux à la Stratégie de Lisbonne -, s’affirme comme élément clé d’un changement de paradigme économique. Dans un contexte de mise en concurrence des espaces liée à la globalisation des économies et des idées, se dessinent ainsi de nouvelles lignes de partage entre les territoires inhérentes à la division internationale du travail et fondées sur la valorisation des qualités d’innovation. Le territoire est appréhendé comme lieu d’aménités, naturelles et culturelles, pour les catégories sociales « créatives » et comme vecteur de compétitivité stimulant pour les entreprises attirées l’« atmosphère » d’innovation au sens marshallien du terme.

De ce point de vue, les territoires métropolitains s’avèrent être les mieux placés. Le lien entre créativité et milieux urbains n’a cessé de s’affirmer en raison de l’importance du capital humain, symbolique et artistique, de la coprésence de figures et réseaux professionnels denses et diversifiés. La culture devient le levier de l’action publique et des projets de requalification urbaine se donnant pour objectif de transformer édifices abandonnés ou espaces béants au cœur de la ville en clusters créatifs. Toutefois, là encore, les expériences doivent être différenciés et, dans la compétition des métropoles, il s’agira d’appréhender la place et la spécificité des cités de la Méditerranée.

  • Circulations internationales : modèles, hommes, évènements

La construction de ces « territoires créatifs » reste toutefois inséparable des mobilités et circulations sous diverses formes qui les traversent et contribuent à leurs dynamiques. Une mise en perspective dans la durée, imbriquant des temporalités différentes, permettra de mieux appréhender les mécanismes des mutations en cours. Les ressorts culturels devront être analysés à la lumière de circulations anciennes – mobilités des œuvres, des artistes, et des modèles en Europe -, comme du rayonnement des capitales culturelles, exploré par les historiens (Charles, 2009).

Jouant sur la récurrence du même événement circulant en des lieux divers et sur le fil tendu entre l’exceptionnel et le sériel, la course effrénée des villes aux labels de toutes sortes, (« capitale européenne de la culture », « ville olympique », villes des expositions universelles, etc.), exacerbe la concurrence qu’elles se livrent. Les capitales européennes de la culture par exemple apparaissent comme des sésames censés apporter aux villes attractivité et prospérité, ce que la littérature scientifique commence à peine à remettre en question.

La circulation des hommes et des talents, liée à l’importance du capital humain, peut être lue au prisme de l’attractivité des territoires pour une « classe créative » et des touristes consommateurs de culture aussi bien qu’à l’aune des trajectoires individuelles d’artistes mondialement réputés. Les « starchitects » (Zaha Hadid, Jean Nouvel, Frank Ghery, etc.), laissant leurs griffes sur les nouvelles structures – musées, stades ou bibliothèques -, comme les experts et opérateurs culturels, circulent et officient d’une capitale à l’autre. Derrière le caractère festif et l’apparente diversité des programmations artistiques proposées, il y a ainsi bien des modèles et des normes qui circulent d’une capitale à l’autre, liés aux artistes ou imposés par les cahiers des charges institutionnels de ma commission européenne ou du BIE.

Par ailleurs, chaque capitale européenne de la culture est en soi une opération économique, destinée à accueillir un maximum de visiteurs, de touristes et d’investisseurs potentiels, à promouvoir l’économie culturelle de toute une région à travers ses lieux et ses festivals, à « booster » plus généralement l’économie locale du tourisme, en espérant capitaliser sur l’événement une fois celui-ci terminé. Les retombées de l’événement sur les villes sont de ce fait tributaires de la « rumeur » qui circule et accompagne les lieux et temps de l’événement. La construction des représentations, des images véhiculées par le marketing urbain, devenu un maillon essentiel des manifestations, de même que leur écho dans la presse internationale, sur la toile et de plus en plus par l’intermédiaire des réseaux sociaux, essentiels pour des formes artistiques plus officieuses, peut contribuer à mesurer le rayonnement, durable ou éphémère, des mises en scène urbaines et de la vitalité artistique des lieux.

  • Un terrain privilégié pour observer les dynamiques culturelles et économiques à l’œuvre : Marseille-Provence 2013

Marseille-Provence, capitale européenne de la culture en 2013, n’échappe pas à la règle, bien au contraire. Il s’agit bien d’une grosse opération aux multiples enjeux, culturels, économiques, touristiques et urbains, concernant de plus toute une région urbaine, celle de l’aire métropolitaine marseillaise, et pas une simple ville. Dans le cadre de l’ATRI 1, Marseille-Provence 2013 constitue un objet privilégié pour analyser non seulement les retombées économiques de l’événement, mais aussi, à toutes les échelles, les circulations qu’il met en branle et les acteurs qu’il mobilise. Au-delà du cas de Marseille-Provence 2013, notre groupe de travail sera attentif aux processus de mises en lien et de création de réseaux artistiques et économiques à toutes les échelles, depuis l’échelle des artistes des « Ateliers de l’Euroméditerranée » jusqu’à l’échelle internationale qui est celle de l’économie culturelle mondialisée en passant par l’échelle du bassin méditerranéen où se tissent des réseaux régionaux. Enfin, notre objet de recherche ne porte pas exclusivement sur Marseille-Provence 2013. Il conviendra d’analyser cet événement non seulement à la lumière d’autres capitales européennes de la culture issues de l’arc nord-méditerranéen (Athènes, Florence, Thessalonique, Patras, Gênes) mais aussi, de manière plus prospective, à la lumière des capitales culturelles du monde arabe, en se posant la question suivante : par-delà les différences de programme artistique et de contexte politique et économique, voit-on se dessiner en filigrane, à travers les nouveaux codes diffusés par le capitalisme culturel mondialisé, une sorte de modèle culturel commun au monde méditerranéen ?
Par les partenaires institutionnels qu’il mobilise, par le caractère interdisciplinaire du projet, par l’espace méditerranéen dans lequel il s’insère, notre projet d’ATRI s’intègre parfaitement, nous semble-t-il, dans les axes du LabexMed – dont tous les laboratoires partenaires (voir plus loin) sont des membres actifs.

Porteur du projet  :  équipe « Villes, culture et grands projets », UMRTelemme
Projet présenté par Pascale Froment – Boris Grésillon
Responsable : Pascale Froment 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *