Colloque – Revendications et contestations patrimoniales : perspectives européennes

Co-organisation : Céline Barrère, Grégory Busquet, Adriana Diaconu, Muriel Girard, Ioana Iosa
les 11, 12 et 13 décembre 2014 à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture Paris Val-de Seine (M° Bibliothèque François-Mitterand)

Revendications et contestations patrimoniales, perspectives européennes

Partant d’une définition inclusive du patrimoine – matériel, ainsi qu’immatériel (UNESCO, 1972, 2003) – ce colloque propose une réflexion sur ce qui fait patrimoine pour les acteurs dans les processus de patrimonialisation. Dans les conventions internationales, le patrimoine est doté d’un rôle social stratégique dans la création de communautés durables et de cadres de vie. La valeur patrimoniale, dans l’optique de la convention de Faro (2005), n’est, de même, plus définie uniquement par les spécialistes, mais de manière collective par des groupes qui reconnaissent leur héritage comme source de valeur identitaire et de mémoire.
Ce colloque Lire la suite

Culture en villes

Culture et créativité sont devenues les nouvelles icônes de la transformation économique des métropoles à l’échelle mondiale, une voie alternative de développement pour des espaces fragilisés en quête de renouveau. La compétition internationale par la mondialisation des processus de production, d’échanges et de consommation a contribué à disqualifier de nombreux systèmes productifs, à promouvoir les territoires dits créatifs, en remodelant les lieux déclassés ou en inventant de nouveaux lieux. Les concepts de culture et de créativité – amples, polysémiques, et vivement sollicités sur les plans scientifique et politique -, ont nourri de nombreux débats qui ont traversé un large spectre de sciences sociales. L’usage et la déclinaison de ces termes désormais à la mode témoignent pourtant d’imprécisions de l’appareil conceptuel de référence et d’un croisement inégalement fécond entre secteurs économiques (glissement vers « l’industrie culturelle »), acteurs « spécifiques » (classe créative, artistes, etc.), et territoires (« districts culturels », clusters d’innovation). Le projet a pour objectif d’aborder la question du « tournant culturel » des territoires, de la relation entre créativité, culture et métropoles, à partir des voix distinctes de disciplines engagées dans cette réflexion : géographes, urbanistes, historiens, sociologues, architectes, anthropologues. Il articule des échelles temporelles plurielles, en tenant compte des temps longs et des legs culturels, patrimoniaux au sens large, qui sont aujourd’hui valorisés et intégrés dans les politiques d’attractivité des villes, et interroge aussi le rapprochement d’espaces par la multiplicité des formes de circulations à l’échelle internationale. La tension entre la production de territoires spécifiés par leurs « activités créatives » et les circulations de technologies innovantes, de savoir-faire, d’hommes, de produits artistiques et culturels, tout autant que des modèles de développement territorial, sont ainsi au centre du questionnement. La réflexion critique sur ces nouvelles catégories d’analyse du réel, imbriquant construction scientifique et construction politique, s’appuiera sur des études de cas déjà existantes ou suscitées par le projet, dans une perspective comparative à l’échelle des villes méditerranéennes, avec une attention particulière portée aux grands évènements culturels récents comme Marseille-Provence 2013.