Journée d’étude – Crises et résiliences territoriales : l’enjeu culturel

Le vendredi 27 mars 2015, MMSH
Organisation : Pascale Froment, Alexandre Grondeau
UMR Telemme, Groupe « Ville, culture et grands projets »

La culture appréhendée comme vecteur de développement, de compétitivité et d’attractivité des territoires, est devenue un leitmotiv des politiques urbaines.

Depuis la fin des années soixante-dix, la mutation des systèmes productifs et le contexte économique de mondialisation ont favorisé une mise en concurrence des territoires métropolitains, révélant des vulnérabilités, des risques urbains, des faiblesses conjoncturelles ou structurelles des territoires,

Face à des crises d’inégale ampleur, la culture et la créativité s’imposent de plus en plus, à l’échelle mondiale, comme des « leviers de sortie de crise », comme d’incontournables composantes de relance et de résilience territoriales. Sous des formes variées, l’alliance entre art et entreprises, culture et industrie, devient le nouveau paradigme pour reconnecter les territoires en difficulté aux réseaux de la mondialisation. En Europe, elle est souvent orchestrée par les politiques urbaines qui misent sur les grands équipements culturels métamorphosant les friches (Metz, Lens, Manchester, Bilbao), sur les « grands événements » (Lille, Marseille, Gênes, capitales européennes de la culture), sur les labels urbains (« villes créatives », « quartiers artistiques »), ou les opérations privées d’aménagement (Cité du Cinéma en Seine Saint-Denis). De Berlin à Lyon ou Barcelone, la ville postindustrielle redevient festive, ludique, spectacle et simulacre. En retour, la diffusion et la circulation de ces modèles de développement par la culture, souvent sélective, tend à dessiner de nouvelles lignes de partage entre territoires gagnants et perdants à différentes échelles, et à interroger la validité de ces transferts compte tenu de la diversité et de la singularité des territoires.

La culture s’impose également dans d’autres contextes en difficulté – en Grèce, en Espagne, etc. – comme expérience de résistance aux coupes sombres dans les budgets ou de reprise en main des espaces délaissés, mobilisant artistes, habitants. La crise n’est donc pas une fatalité. On peut également la considérer comme un important levier de régénération urbaine, de renouveau territorial et d’initiatives locales qui concerne la France comme la plupart des pays, et des métropoles des pays dits développés. Le ministre de la culture danois déclarait « À l’heure où des perspectives économiques moroses occupent les gros titres et dominent l’agenda politique européen, il est plus important que jamais de se focaliser sur nos forces – notre diversité culturelle et notre créativité. (…) Ce sont des forces qui nous inspirent et nous motivent au quotidien, et ce sont ces forces qui seront en fin de compte source d’espoir. ».

La journée d’études du 27 mars organisée par le groupe de recherche Ville, culture et grands projets, prend place dans ce débat avec pour objectif de replacer les territoires urbains culturels et créatifs dans une perspective temporelle et comparative, permettant d’appréhender la diversité des réponses par la culture données aux crises urbaines et de saisir dans un même mouvement les facteurs de résilience territoriale.

Le programme définitif de la journée sera diffusé ultérieurement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *